Retranscriptions de l’université B.C, Feuillet 6

Quelques instants plus tard, l’homme, qui avait été chargé d’attendre les agents, revint accompagné de deux policiers en uniforme. La conversation s’arrêta donc là et Marvin ne semblait pas satisfait du peu de temps que nous avions eu ensemble.

 

Journal de Charles Lawrence Grey 12.04.86

Il est 13h08 et les agents viennent de terminer de prendre ma déposition. Marvin n’avait pas mentit lorsqu’il disait qu’il n’y avait pas de meurtrier dans ce village. La police semblait presque aussi étonnée que le reste des habitants. Les agents ont l’air de croire qu’il pourrait s’agir d’une bagarre qui aurait mal tourné. Cela expliquerait selon eux, la nature de l’arme du crime. Le meurtrier n’aurait pas prémédité son acte et serait tombé par hasard sur son rasoir dans l’une de ses poches.

Un regrettable accident donc. Mais les dernières paroles de Marvin sur le vol du Sonia laissaient planer un doute affreux dans mon esprit. Tout cela pourrait-il avoir un rapport avec mes recherches ? Le vol du bateau peut signifier que l’on voudrait m’empêcher d’arriver à destination mais comment l’aurait-on su ? Il n’est même pas certain qu’un marin expérimenté ait réussi à braver une tempête comme celle d’hier soir, sans prendre le risque de se tuer. Porshe aurait-il prit le voleur sur le fait ? Impossible, il avait constaté la disparition du Sonia avant son agression. Personne ne semblait le connaitre outre mesure, c’était un marin parmi d’autres qui faisait la navette entre quelques petits villages côtiers.

L’argent peut-être ? Il avait probablement toujours ses paiements sur lui et chacun sait que cet endroit est la dernière escale sur son itinéraire. Non… cela ne tiens pas non plus, s’il avait été question d’argent, j’aurais été une proie bien plus évidente et facile que Porshe. Un vieux contentieux entre lui et un créancier peu commode ? Le vol du Sonia aurait été une représailles ou du moins, un moyen de l’empêcher de quitter le port ? Qu’il soit tombé sur son agresseur en longeant la berge, à la recherche du bateau, soit. Qu’il y ait eu dispute puis peut être bagarre, je

peux en convenir, mais un meurtre… l’autre aurait laissé Porshe sur le carreau et serait partit espérant lui avoir donné une bonne correction. Ou encore, le capitaine aurait eu le dessus et son assaillant serait repartit sans demander son reste.

Mais pourquoi ici ?  Pourquoi ce village précisément ? Tout ça n’a pas grand sens pour moi et j’ai bien peur que la police ne fasse fausse route, mais je ne vais pas pouvoir rester éternellement ici. La plus grande difficulté à cet instant est de trouver un nouveau capitaine qui accepte de reprendre la mer avec moi à son bord.

Laisser un commentaire