L'OURSE A PLUMES

auteure - illustratrice - chasseuse de trésors
Récit d'aventure

Retranscriptions de l’université B.C, Feuillet 5

J’acquiesçais à contre cœur, bien que très conscient de la nécessité d’une telle précaution. Madame Smith revint chargée d’un plateau sur lequel reposait une bouteille de brandy ainsi que deux verres. Mon interlocuteur débarrassa la pauvre femme et lui permit de s’en retourner à son comptoir.

 » Ce n’est pas la place d’une femme, Ivy. Mets la bouteille sur mon compte et retourne voir les clients. ». Avait-il-dit.

Des larmes plein les yeux, elle prit congé en titubant, son plateau vide sous le bras. L’homme me servit un verre qu’il me tendit tout en reprenant :

 » Vous en aurez besoin. Allez, mon gars, cul sec ! »

Et il vida son propre verre d’une traite. Je m’exécutais pendant qu’il se servait une autre giclée.

 » Faut qu’on ait une petit discussion tous les deux, mon gars. Vous allez pouvoir tenir ? »

Je hochais la tête en répondant par l’affirmative et il continua :

 » Bon, c’est très bien. Il tira une grande bouffée de sa pipe. Je m’appelle Marvin Hilly, ici, tout le monde m’appelle le vieux Marvin. »

 » Ravi de vous rencontrer, Marvin. Je suis Charles Grey, professeur d’archéologie et chercheur. Répondis-je en lui tendant une main mal assurée qu’il serra fortement. »

 » Ivy m’a dit que vous êtes arrivé cette nuit avec ce gus-là. »

 » C’est exact, le capitaine Porshe ne voulait pas reprendre la mer sans équipement. Il a donc décidé que nous ferions escale ici pour repartir de bonne heure le lendemain. D’ailleurs, nous aurions dû être partis depuis plusieurs heures maintenant.  »

 » Sur quel rafiot vous étiez ? Je ne vous que les habitués du port ici. »

 » Je puis vous éclairer précisément sur ce point, m’exclamais-je en félicitant intérieurement de ma décision de prendre en note chaque évènement de mon entreprise. »

Lorsque je lui eus exposé les faits, Marvin paru soucieux, une ombre passa sur son visage alors qu’il réfléchissait à mon exposé. Puis, il finit par dire : c’est un petit village de pêcheur, vous aviez pratiquement tous les habitants qui regardaient ce pauvre malheureux tout à l’heure. Y’a pas de meurtrier ici, ni de voleur de bateau.

 » De voleur ? Répétais-je. La tempête faisait rage cette nuit, ne croyez-vous pas que… »

 » Une tempête, ça coule un bateau, m’interrompit-il, elle ne lève pas l’ancre ni la corde d’amarrage. Qu’est-ce que vous faisiez sur le Sonia ? »

A la réflexion, je commis peut être une erreur de ne pas dire toute la vérité à Marvin. Je n’aurai probablement pas dû lui cacher le fil conducteur de cette histoire. Mais là, debout aux côtés d’un cadavre, grelottant de froid et choqué, je n’avais que trop hâte de voir la police arriver pour pouvoir reprendre mes esprits devant un feu de cheminée. J’ai répondu que j’étais un passionné d’ornithologie et que le capitaine m’avait offert de m’emmener plus loin sur la côte pour y découvrir d’autres espèces. Il ne m’a qu’à moitié cru, c’était évident à sa façon de me regarder, mais j’estimai que mon affaire ne concernait que moi seul et la police.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :